Santé au travail par Métiers et activités

Publié par Contrat Apprentissage

Cette rubrique met à disposition, sous forme de fiches synthétiques, des informations sur les métiers, les risques professionnels qu’ils peuvent induire et propose des mesures ou des outils pour agir en prévention.

Abattage et découpe de volaille

Données macro 170 entreprises et 32 000 salariés travaillent à l’abattage, la découpe et l’élaboration des volailles. Parmi ces entreprises, l’abattage concerne 422 établissements. Les risques du métierStatistiques accidents du travail : Les principaux accidents sont dus à : la manipulation d’objets (30%) ; des chutes de plain-pied (25%) ; l’utilisation d’outils individuels à mains (15%). Statistiques du régime agricole : Sur 4695 salariés de "traitement des viandes de volaille", en 2006 : le taux de fréquence des accidents était de 50.1 (35.5 en moyenne pour l’ensemble du régime agricole) le taux de gravité était de 2.71 (1.75 en moyenne pour l’ensemble du régime agricole) Statistiques du régime général : Pour 24 998 salariés de "production de viande de volaille" en 2006 : le taux de fréquence des accidents était de 51.4 (26.3 en moyenne pour l’ensemble du général en 2005) le taux de gravité était de 2.31 (1.25 en moyenne pour l’ensemble du régime général en 2005)Statistiques maladies professionnelles : (...)

Voir plus

Agent autoroutier

Données macro C’est être en charge de l’entretien courant du tracé autoroutier et des installations annexes. L’agent autoroutier intervient en plein air, par tous les temps, de jour comme de nuit, sur les installations autoroutières. Pendant les périodes de vacances, il peut être chargé de la sécurité des usagers et de la surveillance des voies de circulation et intervenir en renfort au cours d’actions de sécurité. Lors d’incident ou d’accident , c’est avoir un rôle déterminant dans la mise en sécurité des usagers en faisant appel aux secours, à la gendarmerie et à la dépanneuse. L’agent autoroutier affiche les panneaux à messages variables (PMV) à bord du véhicule d’intervention pour signaler les chantiers mobiles, les bouchons routiers et les accidents. Les risques du métiersStatistiques accidents du travail :Statistiques maladies professionnelles :Risques liés aux lieux de travail : Risques d’accident de la circulation : l’agent autoroutier est exposé lors de ses interventions en bordure de voie circulée (...)

Voir plus

Agent de propreté

Données macro 12000 entreprises de propreté emploient 352000 salariés. L’activité de nettoyage des locaux administratifs, commerciaux et industriels est désormais le plus souvent externalisée et donc sous-traitée à des entreprises extérieures intervenant dans les locaux de l’entreprise utilisatrice. Forte population féminine (70%), fort taux de salariés étrangers, important taux de travail à temps partiel et cumul d’employeurs fréquent pouvant conduire à une durée hebdomadaire totale sensiblement supérieur à la durée légale. Les salariés interviennent généralement en dehors des horaires de travail du personnel de l’entreprise utilisatrice, soit très tôt le matin ou tard le soir. Ils effectuent de nombreux déplacements dans les locaux ou entre plusieurs entreprises. Ils sont souvent conduits à effectuer un travail isolé. Malgré une tendance à la professionnalisation, due notamment à l’exigence accrue des clients en termes de coût et qualité, le niveau de qualification des salariés est faible. Les risques du (...)

Voir plus

Agent de station d’épuration

Données macro Cette fiche concerne les agents des stations d’épuration (ou usines de traitement) des eaux usées domestiques. Ne sont pas traités dans la présente fiche : le travail d’égoutier le traitement des eaux usées industrielles le transport et la valorisation des boues d’épuration (évacuation en décharge, épandage sur terrain agricole, …) Les eaux usées domestiques sont collectées par un réseau d’assainissement qui les achemine vers les stations d’épuration où elles sont traitées avant d’être rejetées dans le milieu naturel. Les différentes étapes de traitement des eaux usées sont les suivantes : le prétraitement, le traitement primaire, le traitement biologique, les traitements complémentaires et le traitement des boues. Les risques du métierRisques inhérents aux lieux de travail Risque de bruit Le fonctionnement dans des locaux souvent confinés, notamment de pompes et de systèmes d’aération ventilation (les locaux des usines de traitement des eaux usées sont ventilés en permanence et l’air vicié est (...)

Voir plus

Aide à domicile

Données macro En 1999, on comptait 200 000 aides à domicile dans 7000 associations pour 500 000 bénéficiaires. Les chiffres sont depuis en forte évolution. Les aides à domicile sont majoritairement des femmes. Beaucoup travaillent à temps partiel (choisi ou imposé) et cumulent plusieurs employeurs. Elles sont souvent sans formation. Seules les associations à effectif élevé peuvent offrir la possibilité d’accéder à d’autres fonctions. Les fonctions clés de l’aide aux personnes Accompagne et aide les personnes âgées dans les actes essentiels et les activités ordinaires de la vie quotidienne (aide aux déplacements et à la mobilisation, aide à la toilette, l’habillage, le déshabillage et à l’alimentation (courses, préparation et aide à la prise des repas), aide où réalise des achats, l’entretien du linge, le nettoyage du logement, le repassage, …). Accompagne et aide les personnes âgées dans les activités de la vie sociale et relationnelle. L’aide à domicile accomplit ainsi un travail matériel, moral, sanitaire et (...)

Voir plus

Aide soignant

Données macro L’aide soignant réalise des soins liés aux fonctions d’entretien et de continuité de la vie visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution de l’autonomie de la personne. Son rôle s’inscrit dans une approche globale de la personne soignée et prend en compte la dimension relationnelle des soins. L’aide soignant accompagne cette personne dans les activités de sa vie quotidienne, il contribue à son bien être et à lui faire retrouver, dans la mesure du possible, son autonomie. Travaillant le plus souvent dans une équipe pluri professionnelle, en milieu hospitalier (hôpitaux, cliniques, maisons de retraites) ou extra hospitalier, l’aide soignant participe, dans la mesure de ses compétences, et dans le cadre de sa formation, aux soins infirmiers préventifs, curatifs ou palliatifs. Ces soins ont pour objet de promouvoir, protéger, maintenir et restaurer la santé de la personne. Actuellement, 460 000 aides soignant exercent en France. Les risques du métierRisques (...)

Voir plus

Ambulancier

Données macro Au 1er janvier 2006, la profession d’ambulancier comptait 46201 salariés employés dans 5474 entreprises. 27763 véhicules dont 42% d’ambulances et 58% de véhicule sanitaire léger (VSL). Environ 65% des entreprises du secteur emploient moins de 10 personnes et seulement 0,5% des effectifs de la profession travaillent dans des entreprises de plus de 50 salariés. L’ambulancier assure, sur prescription d’un médecin, le transport sanitaire des malades vers l’hôpital, les cliniques, les centres de traitement, les maisons de retraite, les maisons de convalescence, de rééducation… Il pratique l’intervention à domicile et assure l’entretien de son véhicule. Les risques du métier Affections, agents biologiques, risques psychosociaux, chutes, lombalgies, risque biologique, risque routier, contraintes posturales, vibrations, risque mécanique. Statistiques accidents du travail, en 2006 38% des accidents sont des chutes de plain pied et des chutes avec dénivellation ; 20% des accidents sont se (...)

Voir plus

Ascensoriste

Données macro Le secteur emploie près de 20 000 salariés en France, répartis dans 150 entreprises. Le métier d’ascensoriste requiert des qualifications pointues pour intervenir en : mécanique, hydraulique, électrotechnique, automatismes. Parmi les diplômes professionnels permettant d’accéder à cette fonction, celui de "Technicien(ne) Ascensoriste – Service et Modernisation" de niveau IV tend à se développer sur tout le territoire en raison d’une forte demande. En effet, plus de 2000 techniciens ont été recrutés en 2007. Cette nécessité (pénurie) de compétences restera très soutenue au cours des 10 prochaines années pour les raisons suivantes : l’évolution de la réglementation des ascenseurs (mise en sécurité et maintenance renforcée), le parc français d’ascenseur en service compte près de 500000 appareils dont 60% ont plus de 20 ans. En 2007, seulement 15% des 12000 nouveaux appareils vendus remplacent les anciens. L’ascensoriste effectue plusieurs types de travaux selon le donneur d’ordre : Sollicité par (...)

Voir plus

Bijouterie joaillerie

Données macro 1100 bijouteries, joailleries, orfèvreries emploient 9000 salariés en France avec la même proportion de femmes que d’hommes. Il s’agit essentiellement d’établissements comprenant moins de 10 salariés (1000). En 2007, on enregistrait 145 apprentis dans ce secteur d’activité. (Source : DRTEFP du Centre, fichier ASSEDIC 2007) Le contenu de cette fiche métier ne prend pas en compte le secteur de la bijouterie fantaisie et le secteur du commerce de détail d’horlogerie et de bijouterie. Les données font référence au code NAF : 3212Z. Le code PCS2003 correspondant est le 637b (Ouvriers d’art). 50 % des ateliers se situentà Paris, les autres sont répartis dans la région lyonnaise et le Berry (St Amand-Montrond est le 3e pôle français). (Source : www.fmpcisme.org, fiche Bijouterie joaillerie) Le bijoutier joaillier conçoit, réalise, transforme, répare des bijoux réalisés à partir de métaux précieux ou non. Le bijoutier fond et travaille les métaux et le joaillier-sertisseur réalise des montures (...)

Voir plus

Blanchisserie industrielle

Données macro 390 blanchisseries industrielles emploient environ 6500 salariés en France en 2007, dont 60% sont de sexe féminin. Les blanchisseries industrielles traitent le linge confié principalement par des établissements hôteliers ou hospitaliers. Les opérations effectuées en blanchisserie industrielle sont la réception, le tri, le lavage, le séchage, le pliage, l’ensachage et la réexpédition du linge. L’emploi ne nécessite pas de qualification particulière mais demande une certaine polyvalence. Les risques du métierStatistiques accidents du travail : En 2005, 45% des accidents du travail sont dus à la manutention de charges ou à des masses en mouvement, 39% aux chutes (de plain-pied ou avec dénivellation) et 9,5% sont causés par des machines et appareils. Statistiques maladies professionnelles : Les principales maladies professionnelles qui touchent les salariés des blanchisseries industrielles sont des : affections allergiques respiratoires et cutanées dues aux produits lessiviels, atteintes (...)

Voir plus

Boucher

Données macro Le boucher reçoit la viande en carcasse ou en quartiers. Il la transforme en morceaux pour la clientèle en la découpant, la désossant et la dénervant. Dans le tableau ci-dessous, ce que représentent les effectifs des métiers de la boucherie pour l’année 2007 en établissements et en salariés (sources Assedic) : pdf Effectifs - établissements- salariés Téléchargement (51.7 ko) Les risques du métierStatistiques accidents du travail et maladies professionnelles Les accidents avec incapacité permanente ont un indice de fréquence trois fois supérieur à l’indice de fréquence moyen du régime général. Les principaux éléments en cause dans les accidents du travail sont constitués par : les manipulations et manutentions manuelles (36%) les blessures par couteaux (25%) ; les chutes et les glissades de plain-pied (20%). (Chiffres de 2007) La main est la partie du corps la plus sollicitée et donc la plus atteinte : 34% dans les ateliers de découpe, 60% dans les commerces de détail. Les (...)

Voir plus

Boulanger

Données macro 40 000 boulangeries emploient 130 000 salariés en France, essentiellement de sexe masculin. Ce métier recourt beaucoup à l’apprentissage (CAP de boulanger, brevet professionnel, brevet de maîtrise). Le boulanger participe à la fabrication du pain, de pains spéciaux ou de viennoiseries. Il possède également souvent la compétence de pâtissier. Ce métier se caractérise, notamment, par le travail de nuit (ou très tôt le matin) et un travail isolé. Les risques du métierStatistiques accidents du travail : En 2004, la majorité est constituée d’accidents de plain pied et de chutes avec dénivellation (35%). La deuxième cause provient des accidents de manutention manuelle ou avec des masses en mouvements (27,3%). 19% sont causés par des machines et appareils et 6,7% avec des véhicules. Statistiques maladies professionnelles : Les allergies respiratoires professionnelles (asthmes, rhinites) en boulangerie pâtisserie occupent la première place des allergies respiratoires professionnelles en (...)

Voir plus

Caissier libre service

Données macro 271 000 caissiers sont recensés en France. Ils représentent environ 25% de l’effectif de la grande distribution alimentaire. La profession est essentiellement féminine. Le rôle du caissier libre service est de saisir les prix et d’effectuer l’encaissement. Il peut également être chargé, suivant l’organisation du magasin, de réaliser des tâches annexes telles que : la mise en rayon ; l’accueil ; le nettoyage. Ce métier se caractérise le plus souvent par un travail à temps partiel avec des horaires irréguliers et changeants. Les risques du métier Manipulation/manutention manuelle, chute, glissade, douleurs dorsales, lumbagos, Effets extra auditifs, TMS, fatigue visuelle, inconfort, stress, charge mentale, Maladies du système ostéo-articulaire et de troubles veineux, brûlures, irritabilité. Statistiques accidents du travail : En 2007, dans les hypermarchés : Les manipulations et les manutentions manuelles représentent 37% des accidents du travail 24% des accidents sont des chutes et (...)

Voir plus

Calorifugeur

Données macro Les calorifugeurs posent toutes sortes d’isolants thermiques, acoustiques ou de protection incendie. Ils interviennent principalement dans le secteur de la construction et dans le secteur industriel. Les calorifugeurs interviennent souvent à l’extérieur, sur des chantiers de constructions neuves ou en réhabilitation. L’activité s’accompagne de déplacements (changements fréquents de chantier). Le calorifugeur confectionne, pose ou applique des matériaux isolants sur des appareils, des canalisations, des réservoirs, en façade d’ouvrage ou dans des bâtiments afin d’obtenir une isolation thermique, acoustique et une protection incendie. En 2006, le secteur des travaux d’isolation comprenait 1685 établissements en France pour un effectif, essentiellement masculin, de 11715 salariés. Les risques du métierStatistiques accidents du travail En 2007, la majorité des accidents du secteur des travaux d’isolation est constituée d’accidents de plain-pied (22%), de chute avec dénivellation (22%), (...)

Voir plus

Cariste

Données macro Le métier du cariste est de conduire un chariot automoteur de manutention à conducteur porté (CAMCP). Celui-ci est utilisé pour élever, gerber ou transporter sur de courtes distances des produits de toute nature (à l’exclusion de personnes autres que le conducteur et éventuellement un convoyeur, sous réserve de l’aménagement du chariot). Le chariot est équipé d’un moteur électrique ou thermique à gaz liquéfié, à essence ou diesel. Sa vitesse n’excède généralement pas 25 km/h (maximum 40 km/h). La charge transportée varie en fonction du type d’engins utilisé. C’est une activité exercée par temps froid l’hiver, par forte chaleur l’été et souvent en plein courant d’air. Les risques du métierPrincipaux risques liés aux lieux : Exposition au monoxyde de carbone, à l’oxyde d’azote ou, au dioxyde de souffre (CO, NOx, SO2) : les gaz et fumées d’échappement, en milieu mal ventilé, peuvent toucher le cariste, en fonction du type de chariot utilisé, sachant qu’il peut travailler en entrepôt, sur chantier, en (...)

Voir plus

Carreleur

Données macro Profession essentiellement de sexe masculin. Le carreleur intervient dans des habitations neuves ou en rénovation, principalement dans les pièces humides ainsi que pour les façades et les piscines. Le rôle du carreleur consiste à : approvisionner le chantier ; déposer les anciens revêtements ; préparer les supports ; déposer des carreaux ou des lattes ; réaliser des joints. Son intervention a lieu après celle du maçon et du plâtrier et s’associe avec celle d’autres entreprises de corps d’état secondaires (plombier, chauffagiste, électricien, peintre…). Ce métier est accessible à partir d’une formation de type BEP ou CAP (carreleur mosaïste). Les risques du métier Contraintes environnementales, engourdissement des extrémités, engelures, hypersudation, mycose, déshydratation, chute de plain pied, chute de matériaux, port de charges, TMS, eczéma, asthme, brûlures, silicose, coupures, bruit, risque oculaire, risque routier, travaille isolé. Statistiques accidents du travail, en 2006 28% des (...)

Voir plus

Céramique (Fabrication et décoration)

Données macro En 2006, la fabrication d’objets en porcelaine ou en faïence employait 2600 salariés. La fabrication de céramiques est réalisée en série ou en pièce unique. Les objets en céramique sont fabriqués à partir d’une pâte liquide, d’une pâte solide, d’une poudre sèche atomisée. Ils subissent alors une première cuisson, sont émaillés, puis une deuxième cuisson et décoration si besoin et enfin troisième cuisson. Ce métier est accessible à partir de différentes formations de niveaux V et IV (CAP de tourneur en poterie, décorateur-céramiste, BTS dessinateur en arts appliqués option céramique forme et décor, BTS art et céramique, Diplôme des métiers d’art (DMA) option céramique artisanale). De nombreux stages de formation continue existent pour les professionnels, comme le BP (option céramique générale). Les risques du métierStatistiques accidents du travail En 2006, le tiers des accidents du travail était constitué d’accidents de plain-pied et de chutes avec dénivellation. Un second tiers provenait de la (...)

Voir plus

charpente métallique (ouvrier en)

Données macro L’ouvrier en charpente métallique assure la préparation au sol des différents éléments constitutifs des charpentes avant expédition sur les chantiers. Cet emploi peut être accessible sans qualification mais il est généralement occupé par des ouvriers de niveau V (titulaires d’un CAP ou d’un BEP dans le secteur de la métallurgie). Les risques du métier La plus grande partie des accidents du travail a pour origine des brûlures électriques ou chimiques, des contusions ou traumatismes, des blessures par outils ou corps étrangers, des lumbagos. Principaux risques liés aux taches Les tâches du métier d’ouvrier en charpente métalliqueprésentent de nombreux risques : Des risques climatiques : le travail en atelier soumet l’ouvrier aux variations climatiques Des risques liés au déchargement des pièces métalliques brutes à la grue ou au pont roulant Des risques de chutes et de manutention : avec le pré montage au sol des charpentes en suivant le plan de montage Des risques de mauvaises postures avec le (...)

Voir plus

Chauffagiste-climatiseur

Données macro Le chauffagiste-climatiseur installe, met en service, entretien et répare les tuyauteries et appareils de chauffage, de ventilation et de conditionnement d’air, domestiques ou industriels. Les risques du métierStatistiques accidents du travail en 2006 L’activité « Couverture – plomberie, sanitaires – Installation d’eau et de gaz. Installation d’équipements thermiques et de climatisation » représente 29222 salariés dans le secteur BTP. Dans cette activité, on dénombre 3672accidents du travail avec, 229 accidents avec incapacité permanente et 3 décès.. Dans l’activité « Installation d’équipements aérauliques, thermiques, frigorifiques et de climatisation » (36848 salariés dans le secteur BTP) : on dénombre 2988 accidents de travail avec arrêt, 177 accidents avec incapacité permanente et 2 décès. Les accidents les plus fréquents sont les suivants :. blessure (plaie ou contusion par manipulation d’objets ou accidents de plain-pied) lumbago, déchirure musculaire (manutention manuelle, mauvaises (...)

Voir plus

Chaussures (fabrication de)

Données macro La France compte environ 210 établissements de production de chaussures. 33% de cette activité est concentré dans une ville et 2 départements : Paris (18 %), le Maine et Loire (10%) et la Drôme ( 4,6%). Les risques du métierRisques liés aux lieux de travail Nuisances thermiques : chaleur (presse à injecter, carrousel d’injection, étuves,..)Principaux risques liés aux tâches Contraintes physiques et risques de TMS Station debout prolongée avec piétinement Manutention et port de charges Opérations manuelles (parage, piquage, montage, arrachage agrafes de fixation, verrage, cardage,..) Gestes répétitifs à cadence élevée Poussières lors du verrage et du cardage Contraintes organisationnelles Travail à la chaîne Rythme de travail imposé (normes de production, cadence de la machine, dépendance vis à vis d’un collègue, contrôles au moins quotidiens)Principaux risques liés aux produits De nombreux produits sont utilisés, tels que : le cuir et ses dérivés, les textiles, le bois et ses dérivés, (...)

Voir plus

Coffreur - Bancheur

Données macro Le métier de coffreur-brancheur consiste à réaliser l’ossature en béton armé sur des chantiers de construction de bâtiments à usage d’habitation ou de locaux à usage commercial ou industriel. Le coffreur-brancheur met en place des coffrages et moules ainsi que de leur étaiement. Il positionne les armatures puis met en œuvre le béton. Quand celui-ci a atteint le niveau de résistance requis, le coffreur - bancheur décoffre l’ensemble. En fonction des caractéristiques de l’ouvrage à réaliser, il utilise des coffrages-outils standards ou des coffrages en bois. Très souvent, c’est travailler en coordination avec le conducteur d’engin de levage. Les risques du métierRisques liés aux lieux de travail : Chutes de hauteur : liés au travail en plein air, souvent en hauteur (plus de trois mètres de haut), sur des plateformes, passerelles, échelle d’accès.Principaux risques liés aux tâches : Lombalgies d’effort : liées au règlement des vérins (travail penché en avant ou accroupi) ; mise en place des (...)

Voir plus

Coffreur - boiseur

Données macro Le coffreur boiseur est un maçon spécialisé dans l’utilisation du béton armé. Il réalise des boisages et des moules appelés coffrages. Ces derniers ont la forme exacte des parties de maçonnerie qu’il a à construire. La solidité du coffrage doit être à la mesure de la quantité de béton qui va y être coulée. Si le coffrage est construit séparément, une grue le met en place sur le chantier. Le coffreur supervise cette opération. Il assure l’étanchéité du coffrage avec des bandes adhésives pour éviter de laisser passer le béton liquide qui y sera versé. Il huile l’intérieur du coffrage pour empêcher que le ciment n’y colle en séchant. Une armature en ferraille peut renforcer le coffrage. Le béton est versé par une benne. Une fois le béton sec, le coffrage est retiré et peut être réutilisé pour une autre partie du chantier. Les risques du métierRisques inhérents aux lieux de travail : Le coffreur-boiseur travaille, sur des chantiers, en plein air et par tous les temps. Il porte des charges, gravit des (...)

Voir plus

Coiffeur

Les risques du métierRisques liés aux lieux de travail Risques de chute : les salons de coiffure ou centre de soin présentent souvent des sols encombrés et glissants (cheveux), parfois sur plusieurs niveaux. L’éclairage est parfois inadapté. Risque de mycoses, risque d’allergies respiratoires : dus à l’exposition des salariés à l’humidité. Risques respiratoires liés au renouvellement de l’air parfois insuffisant Risques de déshydratation : exposition à la chaleur Risques liés au bruit : présence de musique d’ambiance, bruit des séchoirs etc. Principaux risques liés aux tâches Risques de troubles musculo-squelettiques (lombalgie - cervicalgie), risques fonctionnels d’insuffisance veineuse : mouvements répétitifs des mains et poignets, posture prolongée avec piétinement, contrainte posturale :. Risque pyschosocial : contact avec le public, accueil clientèle, contrainte relationnelle Risque de perturbation de la vie familiale et contrainte de temps : .amplitude horaire, journée continue : Risque de (...)

Voir plus

Conducteur d’engins

Données macro Le conducteur d’engins prépare la mise en route (inspection visuelle, vérifications), conduit l’engin, effectue l’entretien courant (plein de fuel, vérification des niveaux, vérification de la pression des pneus, vidanges et graissage, nettoyage) ; il peut effectuer des réparations. Il peut être amené à conduire plusieurs types d’engins. Il peut travailler sur un chantier du bâtiment (terrassement, dallage), ou de travaux publics (routes, génie civils, etc), dans une carrière, etc. Les principaux engins conduits sont les suivants : chargeuse, pelleteuse, tractopelle, brise-roche hydraulique, pelle hydraulique, excavatrice, tracteurs sur chenille, décapeuse, tombereau automoteur, niveleuse, finisseur, gravillonneur, rouleau, régleuse, talocheuse Ces engins, à moteur diesel, se déplacent sur chenilles, pneus, rouleau ou cylindre Les risques du métierStatistiques accidents du travail Les principaux accidents du travail sont constitués de : Chutes en descendant de l’engin Blessures, (...)

Voir plus

Conducteur machine à imprimer

Données macro Il existe 4 800 imprimeries en France en 2007 (comprenant les imprimeries de journaux et de labeur) qui emploient environ 66 000 salariés. 67% des employés sont des hommes. Il existe deux types d’imprimeries : les imprimeries de journaux : qui assurent les travaux d’impression de la presse quotidienne les imprimeries de labeurs : qui assurent toute autre impression : emballage, livres, catalogues, affiches… Le rôle du conducteur de machine à imprimer est : D’assurer le réglage, l’alimentation, le nettoyage et l’entretien courant des machines, De surveiller la qualité de la production, D’assurer un travail de précision. Pour information : l’emploi de conducteur de machine est accessible à partir d’une formation de niveau V (CAP, BEP) mais les postes à responsabilité requièrent des niveaux IV ou III : BTS industries graphiques, brevet de technicien supérieur, brevet professionnel etc. Les risques du métierStatistiques accidents du travailen 2006 : 48% des accidents du travail sont (...)

Voir plus

Désamianteur

Données macro Le désamianteur est en charge des opérations de retrait et de confinement d’amiante réalisées sur des matériaux ou équipements contenant de l’amiante (entretien, maintenance…) ou dans un environnement exposant à des fibres d’amiante (terrain amiantifère…). Le métier de désamianteur est un métier relativement récent. Il s’est développé à partir du 1er janvier 1997, date d’interdiction de toute fabrication, importation ou commercialisation de l’amiante en France. Ce métier est interdit aux jeunes de moins de 18 ans et aux salariés en contrat temporaire. Les risques du métierLes risques liés aux lieux de travail L’amiante ayant été utilisée pendant des années dans de nombreux matériaux et bâtiments en raison de ses qualités acoustiques et thermiques, les lieux de travail sont très divers. Les opérations de désamiantages peuvent se réaliser en partie extérieure d’un bâtiment (toiture, bardage…) ou à l’intérieur d’un bâtiment (faux plafond, cloisons, dalles…) voire dans des espaces plus confinés (...)

Voir plus

Eboueur - Ripeur

Données macro Professionnel de l’hygiène et de l’environnement l’éboueur, appelé aussi ripeur, effectue par camion l’enlèvement à domicile des ordures ménagères. Il les transporte ensuite dans un site d’enfouissement ou vers un incinérateur. L’éboueur collecte les ordures ménagères disposées le long des trottoirs et les charge dans une benne de camion spécialisé conduit par un chauffeur. Avec son, ou ses coéquipiers, il se tient debout sur le marchepied à l’arrière du véhicule. A chaque arrêt du conducteur, l’éboueur transporte les poubelles, sacs, bacs roulants ou déchets en vrac. Après avoir actionné le lève-conteneur pour que les déchets se déversent dans la benne, il met en marche un système de broyage des ordures. Il peut aussi participer à la collecte d’objets et de matériels lourds et encombrants dont les particuliers souhaitent se débarrasser. En laissant l’endroit propre après son passage, il a le souci d’assurer un service de qualité à la population et d’aider ainsi à préserver l’environnement. Pour devenir (...)

Voir plus

Egoutier

Données macro Les égoutiers sont essentiellement de sexe masculin Ils peuvent être : des employés territoriaux ; des travailleurs d’entreprises privées d’assainissement. De nombreux autres corps de métier peuvent également être amenés à intervenir dans les réseaux d’égouts (personnel chargé de la pose/maintenance des câbles de téléphone, personnel des entreprises de chauffage urbain, peintres, électrotechniciens,…). Les risques du métier Chute, intoxication, noyade, électrisation, brûlures, coupures, tétanos, spirochétose, ankylostomose, mycose, pneumopathie, eaux usées, espace souterrain, milieu confiné, travaux physiques, noyade, charge cardio-vasculaire, intoxication, explosion, bactéries, gaz, hypoxie, morsure, risque routier/électrique, charge mentale, bruit. Statistiques accidents du travail Les principaux accidents du travail : Chute de plain pied, de hauteur Intoxications Noyade Renversement par un véhicule pour le salarié qui reste en surface Electrisation Explosion Brulure en cas d’incendie (...)

Voir plus

Employé de maison

Données macro Ce métier est accessible sans qualification. Des formations permettent d’acquérir une qualification de niveau V. L’employé de maison peut être salarié par un ou plusieurs particuliers employeurs, ou par un prestataire de service (association, société de services…) Le salarié effectue au domicile d’un ou plusieurs particuliers tout ou partie des tâches ménagères : ménage, repassage, lessive, cuisine, courses… Il peut aussi garder des enfants, assurer leur accompagnement pour les trajets scolaires, ou s’occuper momentanément de personnes adultes ou âgées. Enfin, il peut parfois réaliser des activités de jardinage, et des soins courants aux animaux domestiques. Il s’agit souvent d’un travail isolé. Les risques du métierRisques inhérents aux lieux de travail : Le lieu de travail est le domicile de l’employeur, sur lequel le salarié n’a aucune maîtrise : état de salubrité, conformité électrique, présence éventuelle de peintures au plomb, de matériaux contenant de l’amiante… Les risques sont (...)

Voir plus

Equarrissage

Données macro L’industrie des « coproduits animaux » consiste à collecter les sous-produits animaux issus notamment des exploitations agricoles, des abattoirs, des ateliers de transformation de viande et des boucheries pour les transformer en farines et graisses. Ces dernières sont soit éliminées (catégories 1 et 2) , soit valorisées, en fonction des réglementations visant à assurer la sécurité sanitaire. Ce secteur s’est structuré au sein du Syndicat des Industries Françaises des COproduits animaux – SIFCO. Les entreprises membres du SIFCO intègrent : Les équarrisseurs (catégories 1 et 2) Les transformateurs de sous-produits animaux (catégorie 3 ou alimentaire) ; Les abattoirs ayant intégré cette deuxième transformation (membres respectifs des différentes filières : bovin-ovin, porc, volaille). Au total, environ 3000 salariés sont employés dans ces activités. Les 12 sites de transformation de sous-produits de catégorie 1 et 2 (activité d’équarrissage) et les 37 centres de transfert intermédiaires (...)

Voir plus

Espaces verts

Données macro Le secteur du paysage a le vent en poupe. En 5 ans, le nombre d’entreprises a progressé de 11 %. En 2007, on dénombre 13450 entreprises employant 69100 personnes au total (dont 82 % de salariés et 18 % de non salariés (chiffres clés 2007 du secteur du paysage de l’UNEP). Des formations diverses peuvent conduire au métier de paysagiste (CAPA, BEPA, BPA, BAC PRO, BTSA, diplôme d’ingénieur paysagiste). De la création de jardins à l’entretien d’espaces verts en passant par l’élagage d’arbres, le reboisement, l’entretien de berges de rivières ou encore le paysagisme d’intérieur, les activités des entreprises du paysage sont variées. Les risques du métierStatistiques accidents du travail Depuis quelques années, le taux de fréquence des accidents du travail proprement dits des entreprises de jardins, espaces verts dépasse 80 % (82,7 % en 2005) et le taux de gravité dépasse 3 % (3,30 % en 2005). En raison des accidents relevés, le secteur est classé en 2005 au 2ième rang des secteurs présentant le (...)

Voir plus

Etancheur

Données macro L’étancheur réalise des revêtements d’étanchéité pour mettre « hors d’eau » les bâtiments et les ouvrages d’art. Les revêtements d’étanchéité se font soit à base d’asphalte ou de résine de synthèse, soit par collage et soudure de membranes à base de bitume ou de matériaux de synthèse. Les risques du métierRisques liés aux manutentions et postures contraignantes Utilisation de treuils, monte-charges, chariot porte-bouteilles ; fondoir à pompe si au sol Formation PRAPE (prévention des risques liés à l’activité physique et à l’ergonomie)Risques de chute de hauteur Voies de circulation suffisantes, éclairées et équipées de protections antichute (passerelles). Garde-corps ou, à défaut, surfaces de recueil (auvent, éventail, plancher, filets). Protection des trémies : platelage, plateforme auto-coinçante ou à crochets, garde-corps monobloc. Echelles d’accès conformes et stabiliséesRisques électriques Installations électriques de chantier et machines portatives conformes, régulièrement contrôlées et entretenues (...)

Voir plus

Fabrication de charpente métallique

Données macro L’ouvrier en charpente métallique assure la préparation au sol des différents éléments constitutifs des charpentes avant expédition sur les chantiers. L’emploi peut être accessible sans qualification mais il est généralement occupé par des ouvriers de niveau V (titulaires d’un CAP ou d’un BEP dans le secteur de la métallurgie). Les risques du métierAccidents du travail brûlures électriques ou chimiques contusions ou traumatismes blessures par outils lumbagos corps étrangers (oculaires)Maladies professionnelles (indicatif) Tableaux n° : 4bis RG, 12RG, 36RG, 42RG, 44RG, 57 RG, 69 RG, 71RG, 84RG, 97RG, 98RGPrincipaux risques inhérents aux taches Travail en atelier soumis aux variations climatiques Déchargement des pièces métalliques brutes à la grue ou au pont roulant Pré montage au sol des charpentes en suivant le plan de montage Démonter les éléments et les maintenir ensembles par cerclage pour constituer des lots de charpente. Chargement pour l’expédition à la grue ou au pont (...)

Voir plus

Façadier enduiseur

Données macro Le façadier enduiseur de maisons individuelles procède : au recouvrement des façades à l’aide d’enduits hydrauliques (c’est son activité principale) ; à des recouvrements de peintures destinées à la décoration et à la protection des murs. Le travail est réalisé généralement par une équipe de 3 enduiseurs : 1 poste « gâchée » qui alimente en enduit sec et eau le malaxeur ; 1 poste « lance » équipé d’une lance de projection reliée par une conduite au malaxeur ou à une pompe à enduire 1 poste « règle/grattage ». Pour information : plus de la moitié de ces salariés n’ont aucun diplôme et le tiers d’entre eux possède un CAP ou un BEP. Les risques du métier Chutes, contraintes posturales, manutention, exposition aux poussières, projection dans les yeux, climat, risque mécanique, bruit, risque routier, incendie, explosion, dermites, infections, troubles respiratoires/digestifs, atteintes auditive. Principaux risques : Chute de plain pied et chute de hauteur (travail sur couverture et/ou sur échafaudage) (...)

Voir plus

Façadier enduiseur de maisons individuelles

Données macro Le façadier enduiseur de maisons individuelles procède principalement au recouvrement des façades à l’aide d’enduits hydrauliques. Il peut aussi procéder à des recouvrements de peintures destinées à la décoration et à la protection des murs. Le travail est réalisé généralement par une équipe de 3 enduiseurs : 1 poste « gâchée » qui alimente en enduit sec et eau le malaxeur ; 1 poste « lance » équipé d’une lance de projection reliée par une conduite au malaxeur ou à une pompe à enduire 1 poste « règle/grattage ». Plus de la moitié de ces salariés n’ont aucun diplôme et le tiers d’entre eux possède un CAP ou un BEP. Les risques du métierStatistiques accidents du travail : Les données statistiques technologiques des accidents du travail de l’Assurance Maladie - Risques Professionnels de l’année 2006 font état de12 accidents du travail Principaux risques : Chute de plain pied et chute hauteur (travail sur couverture et/ou sur échafaudage) Contraintes posturales et manutention (manipulation des sacs, (...)

Voir plus

Gardien d’immeuble, concierge

Données macro Le gardien d’immeuble ou concierge veille au respect du règlement d’un immeuble collectif ou d’un ensemble immobilier. Il assure ou coordonne les services quotidiens dus aux résidents, propriétaires et locataires. Les missions sont diverses : il veille à l’ouverture et à la fermeture des portes, à l’information des visiteurs, à la réception et à la distribution du courrier dans les boîtes individuelles. Il est responsable de l’entretien des parties communes, de la sortie des poubelles et de la petite maintenance (changer des ampoules…) et éventuellement du chauffage. Il surveille les bâtiments et les espaces communs ainsi que les équipements avec application des règles de sécurité. Il enregistre des réclamations pour les communiquer au syndic ou aux copropriétaires. Du fait de la disparité des situations, il y a une multiplicité d’appellations : Gardien, gardien polyvalent d’immeubles, agent d’immeubles, agent d’accueil, concierge, employé d’immeubles, surveillant d’immeubles, responsable (...)

Voir plus

Grutier

Données macro Le grutier conduit une grue (à tour, à montage automatisé ou par éléments) à partir d’une cabine ou à partir du sol. Il peut participer au montage/démontage de la grue et en effectuer l’entretien courant. Il utilise des échelles à crinoline munies de paliers de repos ou un ascenseur. Il se tient assis penché en avant ou parfois debout dans sa cabine et actionne des 2 mains des manettes et des boutons poussoirs pour déplacer des charges à partir d’ordres transmis par gestes, oralement, par radio ou talkies-walkies. Il utilise les abaques de charge (graphiques) et les indicateurs de sécurité (anémomètre) voire un système d’aide automatique à la conduite (SAAC) en cas d’interférence de grues ou de survol de charges à l’extérieur du chantier. Il surveille le bon élingage des fardeaux et contrôle visuellement l’horizontalité de l’embase et l’état des équipements (arrêtoirs, alimentation électrique et mise à la terre, lests, câbles de levage). Lors de sa prise de poste, le grutier vérifie les (...)

Voir plus

Imprimeries

Données macroQuelques données du diagnostic santé-travail dans ce secteur L’enquête Sumer 2003 apporte quelques précisions sur les expositions professionnelles dans ce secteur : 189 000 salariés pour ce secteur, travaillant en moyenne 38,5 heures, 10,1 % sont à temps partiels. Les spécificités de ce secteur sont l’exposition à des contraintes physiques supérieures à la moyenne nationale, en ce qui concerne les situations à contraintes visuelles, le travail de précision, des positions fixes de la tête et du cou, des bruits supérieurs à 85dbA ainsi que le travail en local climatisé. Les contraintes organisationnelles sont nombreuses, principalement l’incapacité à faire varier les délais, avec des normes de production donnant des délais en heure au plus, la dépendance vis-à-vis du travail des collègues, la nécessité de tourner sur différents postes pour pallier les absences, l’information insuffisante et inadaptée pour le travail, le travail en cadence automatique et le travail posté en équipe fixe. (...)

Voir plus

Industrie du caoutchouc

Données macro L’industrie utilise deux grands types de caoutchouc : le caoutchouc naturel ; le caoutchouc synthétique. Les pneumatiques et les produits apparentés représentent environ 60% du caoutchouc synthétique utilisé et 75% de la consommation de caoutchouc naturel (Greek, 1991). En dehors des pneumatiques, le caoutchouc est couramment employé dans : la fabrication de courroies, de profilés et de tuyaux pour l’automobile ; dans la confection de gants ; dans la confection de préservatifs ; dans la confection de chaussures. Les risques du métier Risque CMR, risque respiratoire, TMS, risque mécanique, incendie, explosion, dermite, allergie, bruit chaleur. Risque CMR (cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction) : lié aux produits chimiques, fumées et poussières Risque respiratoire : lié à l’exposition de nombreux produits chimiques poudres, Les effets de la plupart de ces produits sur la santé sont méconnus mais on sait que, à des degrés d’exposition courants, ils présentent un (...)

Voir plus

Industrie du verre creux

Données macro L’industrie du verre regroupe deux activités différentes : le verre mécanique : industrie à investissements lourds, effectuant une production de masse ; le verre à la main : métier d’art et de création, réalisant des productions de prestige. Le verre mécanique peut être subdivisé en trois secteurs : le verre creux mécanique qui, en tant qu’emballage de la plupart des liquides (bouteilles, flacons, pots, bocaux), constitue le plus gros tonnage de verre fabriqué ; les fibres de verre pour l’isolation ou le renforcement des matières plastiques ; le verre plat, essentiellement destiné aux vitrages pour l’habitat et l’automobile. Cette industrie se caractérise par un travail le plus souvent en continu (donc un travail de nuit), exposant l’employé à la chaleur. Pour information : les professions verrières regroupent en 2007 plus de25.000 salariés dans plus de 200 établissements. Les postes les plus exposés aux risques Les postes les plus exposés sont ceux qui utilisent des produits (...)

Voir plus

Industrie Pétrochimique

Données macro Le raffinage de pétrole (code APE 232Z) présente 40 entreprises (≥ 20 salariés) pour un effectif de 14553 personnes (données de 2007). Ce secteur est faiblement féminisé (18% des effectifs totaux dont 8% d’ouvrières) et fait fortement appel à la sous traitance (74,5 % de la sous traitance totale se situe dans les activités pétrochimiques). Le raffinage est une opération de première transformation d’une matière fossile : le pétrole. Cette opération consiste à scinder le pétrole en différents produits bruts servant à diverses applications : source de combustible (fioul, propane , butane ) ,carburant (gazole, essence), gaz liquéfiés (ammoniac , hydrogène …) ,produits de base de la chimie organique (acétone , alcool , solvants), monomères de base pour la fabrication des plastiques ou des caoutchoucs (éthylène, 1,3 butadiène, propylène…) , huiles (lubrifiants , techniques) , paraffines (bougies ,produits cosmétiques , produits pharmaceutiques , industrie alimentation et du papier) et bitumes (...)

Voir plus

Infirmier

Données macro Salarié d’un établissement public hospitalier (250 159 en 2005) ou d’une clinique. Exercice libéral ou salarié de structures privées extrahospitalières. 418 000 infirmières en 2005 dont 87 % de femmes. L’âge moyen est de 40 ans. L’infirmier est titulaire d’un diplôme d’Etat qui se prépare en trois ans dans des instituts de formation autorisés par le Président du Conseil Général. Le diplôme est reconnu dans toute l’Union Européenne et permet une liberté de circulation totale. Les risques du métierRisques inhérents aux lieux de travail Le risque infectieux est le risque prépondérant lié aux patients potentiellement malade. Il se retrouve dans l’ensemble des lieux de travail (hôpital, clinique, centre de santé, à domicile…). Le travail seul peut être source de violence ou d’insécurité comme dans les services d’urgence, services psychiatriques, établissement pénitentiaires ou zones géographiques sensibles.Principaux risques lié à l’organisation du travail horaires variables et atypiques, dépassement (...)

Voir plus

Informaticien

Données macro Les effectifs des informaticiens (452 100 en 2002) continuent de croître, portés notamment par la diffusion des nouvelles technologies d’information et de communication. Le nombre d’emplois dans ce secteur a été multiplié par deux et demi au cours des vingt dernières années. Cette profession regroupe 64 % d’ingénieurs et 36 % de techniciens. Leurs tâches sont très variées. Certains conçoivent et développent des applications, d’autres répondent aux appels d’offres et gèrent les contacts clients, enfin une partie assure la maintenance des réseaux. Les risques du métierStatistiques accidents du travail et maladies professionnelles : De part sa nature, l’activité d’informaticien n’entraine pas d’accident spécifique. On retrouve [1] par conséquent une majorité d’accident de plain pied et de chute avec dénivellation (50 %), des accidents de manutention manuelle ou avec des masses en mouvement (23 %) et enfin des accidents liés à des déplacements en véhicule (13 %). En ce qui concerne les maladies (...)

Voir plus

Laveur de vitres

Données macro C’est effectuer le nettoyage des vitrines, des baies vitrées et des glaces à des hauteurs pouvant être supérieures à trois mètres. Cet emploi est accessible sans qualification particulière. Les risques du métierRisques liés aux lieux de travail Co-activité : activité dans des lieux occupés par d’autres employés Changement fréquent de lieu de travail Conditions très variables (ensembles de bureaux, poste de travail, IGH : immeuble de grande hauteur)Principaux risques liés aux tâches TMS, provoqués par des contraintes posturales : travail bras en l’air, accroupi, postures délicates etc. Gestes répétitifs : nettoyage des vitres, manivelles des échafaudages mobiles Manutention manuelle du matériel Chutes : lors de travail en hauteur : escabeau, échelles, plate forme élévatrice de personnel, nacelle, échafaudage mobile Travail isolé Horaires décalésPrincipaux risques liés aux produits Risques d’intoxication, surtout par pénétration cutanée ou par aérosol lorsque le produit est pulvérisé : lors de (...)

Voir plus

Mécanicien automobile

Données macro 24000 établissements d’entretien et de réparation automobile (code 502-Z) emploient 112000 salariés dont environ 20000 femmes. Les apprentis au nombre de 9000 sont essentiellement des hommes (8700 hommes pour 300 femmes) Ces chiffres incluent l’ensemble des activités liées à l’entretien et à la réparation c’est-à-dire mécaniciens et carrossiers. A ces chiffres il conviendrait de rajouter une partie des effectifs déclarés sous la rubrique 501Z (commerce de véhicules automobiles) regroupant principalement les concessions qui possèdent généralement des ateliers d’entretien et de réparation (211000 personnes au total). Ainsi l’enquête SUMER 2003 a-t-elle décompté 202000 personnes relevant de la profession d’entretien réparation automobile. Les risques du métierStatistiques accidents du travail : L’analyse a été conduite pour les codes activités 501ZA, ZB, ZC et 502ZC et ZF sur la base des AT 2006. Les chiffres pour chacune de ces activités sont parfaitement homogènes. Il en ressort que pour (...)

Voir plus

Monteur de charpentes métalliques

Données macro La construction métallique, montage et levage, emploie 7 187 salariés en France, essentiellement du sexe masculin. La majorité des emplois se trouve dans des entreprises de petites tailles. Ce métier accueille des personnes ayant un CAP ou un BEP dans le secteur de la métallurgie et/ou de la soudure et /ou du bâtiment.. Le monteur de charpente métallique intervient sur tous les types de construction : immeuble, hangar agricole, bâtiment industriel, aménagement et mobilier urbain. Il assure l’installation des éléments de couverture. Pour cela il participe au déchargement des éléments métalliques, contrôle au sol l’assemblage des pièces, il les élève et il en assure le montage sur place. Les risques du métierStatistiques accidents du travail : En 2006, la majorité des accidents du travail est due à la manutention manuelle (33%) ou en lien avec l’environnement de travail. Les principales lésions se situent au niveau des mains (26.6%), du dos (18.2%) et des membres inférieurs (18.6%). Les (...)

Voir plus

Monteur électricien bâtiment

Données macro Les électriciens monteurs sont au nombre de 136 160 salariés et exercent dans 24045 établissements. Le rôle de l’électricien monteur en atelier : Il câble les armoires ou les coffrets à l’aide de fils ou câbles électriques qu’il coupe, dénude, visse, soude à l’étain ou fixe à l’aide de fiches Il mesure et coupe des profilés en acier cadmié ou aluminium qu’il boulonne ensuite pour réaliser des chemins de câbles, des supports ou des cadres. Le rôle de l’électricien monteur sur un chantier : Il est en coordination avec le gros œuvre, incorpore les gaines et les boîtiers électriques dans les banches ou les place sur les prédalles avant le coulage du béton Il boulonne les chemins de câbles sur leurs supports qui sont préalablement boulonnés sur des charpentes métalliques (usine) ou scellés dans les maçonneries (sous-sols ou plafonds de bâtiments) Il tire, en équipe, les gros câbles enroulés sur des tourets manuellement ou au treuil A l’intérieur des bâtiments, il tire manuellement les câbles à (...)

Voir plus

Peintre en carrosserie

Les risques du métier Chute, fatigue visuelle, incendie, explosion, contraintes posturales, TMS, vibrations, contraintes cardiaques, brûlure, traumatisme des muscles, fatigue visuelle, affection de l’oreille interne, stress, affections respiratoires, effets toxiques, risque électrique, risque pour l’oreille interne, mycose. Risques liés aux lieux de travail : Chutes (donnant lieu en particulier à des lésions traumatiques de la cheville et du pied) : les ateliers ou zones dédiées au travail du peintre en carrosserie sont souvent exigus, encombrés, avec un éclairage localement insuffisant ou éblouissant et où il y a un manque de ventilation Fatigue visuelle Incendie et explosion : liés à la présence de produits inflammables et dangereux (essence, solvants, peinture) Principaux risques liés aux tâches : Contraintes posturales (bras en l’air, torsion du rachis) : liés à la préparation de ka carroserie TMS : liés aux mouvements répétitifs des membres supérieurs (mains, poignets, avant-bras) Vibrations : (...)

Voir plus

Peintre vernisseur

Données macro Le peintre / vernisseur réalise un revêtement décoratif ou protecteur à l’intérieur ou à l’extérieur de locaux neufs ou en rénovation. Ces revêtements sont appliqués sur différents supports : murs, plafonds, sols en matériaux divers : ciments, bois, plâtres… En complément de son activité, il peut procéder à des activités de pose de papiers peints, de collage de moquette etc. Les tâches à effectuer avec le dépôt d’un revêtement (peinture ou autres) : Sur un support neuf : il devra en général appliquer au couteau un enduit de lissage qui sera ensuite poncé (manuellement au papier abrasif ou à la ponceuse pour les grandes surfaces) après séchage. Sur un chantier de rénovation. Il devra : décoller les papiers peints au grattoir ou à la décolleuse (électrique ou à gaz) ; lessiver à la brosse ou à l’éponge les vieilles peintures à conserver ou à repeindre ; poncer, gratter décaper les vieilles peintures après les avoir ramollies au décapant ou au chalumeau. Appliquer la peinture ou le vernis au (...)

Voir plus

Pharmacien et de préparateur d’officine

Données macro Le commerce de détail de produits pharmaceutiques (523 A) représente, au niveau national et pour l’année 2007, 22019 établissements et 121670 salariés. Le secteur de la fabrication de médicaments, pour la même période, représente, quant à lui, 452 établissements et 78716 salariés. Cette fiche ne prend pas en compte les risques inhérents à certaines catégories d’officine comme les pharmacies d’hôpitaux, concernées par les médicaments anticancéreux ou à base d’hormones, ou certaines pharmacies réalisant des préparations à usage vétérinaire. Les risques du métier Statistiques accidents du travail : En 2006, on a pu décompter, dans le secteur du commerce de produits pharmaceutiques, 649 accidents du travail avec arrêt dans les commerces de détail, dont 64% ont été causés par des chutes (notamment les chutes d’objets stockés en hauteur) et 917 dans les commerces de gros. Statistiques maladies professionnelles : Les principaux risques pour la santé des salariés concernent les tableaux de maladies (...)

Voir plus

Phytosanitaire (Utilisateur de produits phytosanitaires ou phytopharmaceutiques)

Données macro Un produit phytopharmaceutique ou phytosanitaire, ou plus largement, selon l’appellation anglo-saxonne, pesticide est un produit utilisé pour traiter les organismes végétaux. Il est destiné à protéger des espèces végétales cultivées contre les insectes nuisibles et les maladies, à en améliorer les rendements. Selon le mode d’action, il peut s’agir d’un insecticide, d’un fongicide, d’un herbicide, d’un nématicide ou d’un acaricide. La France occupe la deuxième place mondiale pour le volume de produits phytosanitaires consommés ; 80 000 tonnes de pesticides sont utilisées chaque année. Le tonnage de produits utilisés est passé de 120 500 t en 1999 à 71 600 t en 2006, environ un tiers de ce tonnage est constitué par les produits à base de soufre et de cuivre utilisés comme fongicides. De ce fait, le tonnage est indicateur relatif de l’utilisation des produits, surtout avec l’évolution des conditionnements et des nouvelles molécules chimiques qui ont permis de réduire le poids de matière active (...)

Voir plus

Plombier (Installateur sanitaire)

Données macro C’est installer, mettre en service, entretenir ou réparer les installations sanitaires d’eau ou de gaz (appareils, canalisation) domestiques ou industriels. Les risques du métier Statistiques accidents du travail Concernant l’activité de « Couverture et plomberie, sanitaire. Installation d’eau et de gaz. » (qui concerne 4949 salariés dans le BTP), en 2006 on dénombrait : 723 accidents de travail avec arrêt ; 46 accidents avec incapacité permanente ; 2 décès. Concernant l’activité de « Plomberie, installation sanitaire seules ou associées avec le chauffage ou électricité » (qui concerne 82456 salariés dans le BTP), en 2006, on dénombrait : 7750 accidents de travail avec arrêt, 387 accidents avec incapacité permanente ; 4 décès. Statistiques maladies professionnelles Maladies professionnelles liées à l’amiante : « plombiers et tuyauteurs », en 2006 : 396 cas. Risques liés aux lieux de travail Eclairage artificiel insuffisant Travail en espace confiné (dans un vide sanitaire, en sous-sol (...)

Voir plus

Poissonnier

Données macro Le métier de poissonnier peut s’exercer dans des contextes différents : la vente de poissons se fait en majorité en grandes ou moyennes surfaces (58% de la vente) et pour une moindre part (42%) en poissonneries traditionnelles. On rencontre aussi des poissonniers en restauration ou sur les marchés. Le poissonnier participe à la préparation du poisson, à la transformation des crustacés, au conditionnement des marchandises… Ces opérations sont parfois réalisées dans un laboratoire contigu à la surface de vente. Il peut s’agir d’un travail isolé. Les risques du métierRisques inhérents aux lieux de travail Ambiance froide et humide : risque d’engelures, de syndrome de Raynaud (trouble chronique de la circulation du sang). Comme le froid n’est généralement apporté sur les étals de magasin que par la glace, le sol est rendu glissant par sa fonte. Par ailleurs les chocs thermiques accélèrent la dégradation des carrelages, augmentant encore les risques de chute par trébuchement. Des chambres (...)

Voir plus

Pompes Funèbres – Soins aux défunts

Données macro Le secteur du funéraire comprend plus de 18000 salariés répartis dans plus de 3700 établissements. Ces salariés exercent différents métiers : Fossoyeur Thanatopracteur Porteur Agent de crémation Agent d’entretien pour les cimetières Ces métiers requièrent une qualification professionnelle, la plupart d’entre eux sont conditionnés à une formation voir à l’obtention d’un diplôme national (pour les thanatopracteurs). Deux métiers sont abordés ici : fossoyeur et thanatopracteur. Les risques du métier Affections péri articulaires, infections, domicile du défunt, travail isolé/itinérant, travail en extérieur, port de charges, agents biologiques, contaminations, infections, charge mentale, gaz, piqûres sceptiques, hépatite A, leptospirose, Risque ébrio-narcotique, asthme, coupures, risque routier. Statistiques accidents du travailen 2006 : 56% des accidents du travail sont dus à la manutention ou au transport de charges 31 % des accidents sont des chutes (de plain-pied ou avec dénivellation) 4% (...)

Voir plus

Poseur de sol

Données macro Les poseurs de revêtement intérieur installent des moquettes ou des revêtements de sol en bois, en linoléum, en matière plastique ou autre matériau souple. Ces poses peuvent se faire dans des logements individuels, des locaux commerciaux ou industriels et divers lieux de travail tertiaire. Les poseurs de sols travaillent dans des entreprises de construction, de second œuvre du BTP, pour des entrepreneurs en revêtement de sol, dans des points de vente de tapis et autres revêtements ou encore comme travailleurs indépendants. Ce métier peut être à la fois un travail isolé ou mettre l’opérateur en situation de co-activité. Il peut aussi nécessiter la préparation du sol et le retrait des couvertures existantes. Il nécessite de fréquents déplacements et la manutention des sols à mettre en place. L’activité de pose et traitement de parquet diffère fortement de l’activité de pose de revêtement de sol « souple » mais est cependant traitée dans la même fiche. Voir aussi le fiche métier : carreleur (...)

Voir plus

Pressing (employé de)

Données macro Le métier correspond à l’entretien des textiles de toute nature, qu’ils proviennent de vêtements ou d’ameublement. La technique de nettoyage à sec consiste à utiliser un solvant pour nettoyer les textiles (la technique utilisée en blanchisserie fait appel à l’eau). En raison de la petite taille de l’entreprise, l’employé de pressing doit être polyvalent. Il réalise toutes les opérations de la réception à la remise des articles, en passant par celles relatives au nettoyage de ceux-ci c’est-à-dire : Accueil des clients, réception du linge, étiquetage, identification du travail à réaliser (taches par exemple), tri du linge ; Prédétachage, prébrossage (par emploi de perchloréthylène) des parties les plus sales, détachage à la main, chargement de la machine, mise en route, déchargement, contrôle du nettoyage, repassage, redétachage si nécessaire, Emballage sous housse, rangement sur portants ou robots de convoyage, déstockage, empaquetage, et remise au client après encaissement. D’autres activités (...)

Voir plus

Prothésiste dentaire

Données macro Le prothésiste dentaire peut : être salarié de laboratoire ; employé dans un cabinet dentaire ; installé à son compte. Il existe en France 4950 laboratoires employant environ 25134 salariés. Le rôle du prothésiste dentaire : il conçoit, fabrique les prothèses dentaires d’après empreintes (qu’il reçoit du chirurgien-dentiste) il peut intervenir pour d’éventuelles finitions, une fois la prothèse terminée. Chaque prothèse dentaire nécessite un travail spécifique pour la fabrication proprement dite, de nombreuses techniques doivent donc être maîtrisées (sculpture, modelage, fonte d’alliage, application de poudre de porcelaine et autres techniques selon le type de matériau utilisé : cire, plâtre, alliage dentaire, composite, céramique, résine). Pour devenir prothésiste dentaire, la formation minimale est un CAP de prothésiste dentaire, éventuellement complétée par un Brevet Professionnel, un Brevet Technique des Métiers (BTM) par la chambre des métiers ou un BTM supérieur. Les risques du métier (...)

Voir plus

Récupération de déchets

Données macro Périmètre retenu pour l’élaboration de la fiche : regroupement et tri (manuel et mécanisé) de déchets ménagers issus des collectes sélectives et de déchets industriels banals Ne sont pas traités dans la présente fiche : collecte de déchets, en porte à porte ou en déchetteries transport de déchets traitement des déchets, dont enfouissement en décharge et incinération casses automobiles tous travaux impliquant des déchets dangereux La récupération de déchets consiste à regrouper des déchets de diverses origines (ménages, entreprises) afin de les trier, les conditionner puis les réexpédier vers des filières de recyclage ou d’élimination. Le tri des déchets est réalisé en chaînes de tri, où des phases de tri manuel succèdent à des phases de tri mécanique (tri aéraulique, magnétique, vibratile, optique, par criblage, etc.). Le tri est parfois précédé d’une phase de pré-tri afin de retirer les encombrants et autres indésirables. Le conditionnement des déchets consiste à les compacter pour obtenir des balles (...)

Voir plus

Scieries

Données macro Scieries : usines ou ateliers dans lesquels est effectuée la transformation de bois ronds (portions de troncs d’arbre appelées grumes, billes ou billons selon leur longueur) en produits sciés dont le nom (planche, volige, chevron, bastaing, poutre, latte, baguette, frise…) varie selon les dimensions, les essences ou encore les usages. Les scieries sont parfois liées à une exploitation forestière mais doivent être géographiquement installées sur des lieux distincts des coupes pour pouvoir conserver l’appellation « scieries ». D’après les chiffres de l’Observatoire du métier de la scierie, 2106 scieries, d’origine familiale pour la plupart, étaient implantées en France en 2005. Bien que les scieries soient de tailles très variables, elles restent majoritairement des entreprises familiales : 67% des établissements recensés employaient ainsi moins de 19 salariés. La moitié de la production française était localisée dans treize départements situés sur un axe qui relie l’Aquitaine à l’Alsace. (...)

Voir plus

Secrétaire

Données macro La France compte environ 672.000 secrétaires. Le métier a beaucoup évolué au cours des 20 dernières années avec la diffusion de l’informatique et du traitement de texte mais aussi avec l’augmentation des tâches de gestion et de coordination qui participent au bon fonctionnement des organisations de travail. Métier quasi exclusivement féminin (97%), la population a tendance à vieillir : entre 1990 et 2002 la part des plus de 50 ans et plus est passée de 54 à 60%. en 2002, 26% exerçaient à temps partiel, 90% étaient en CDI Les secrétaires sont de plus en plus diplômées : les filières CAP et BEP sont en perte de vitesse au profit des BTS et DUT. Les risques du métier Chute, TMS, climatisation défectueuse, pollution de l’air, douleurs cervico-dorso-lombaires, troubles auditifs, charge mentale, risque toxique, risques psycho-sociaux. Statistiques accidents du travailet maladies professionnelles : il n’existe pas de statistique spécifique au métier de secrétaire. Ce métier expose (...)

Voir plus

Serveur (Restauration)

Données macro Apprenti serveur, commis de restauration, demi-chef de rang, chef de rang, premier maître d’hôtel, maître d’hôtel Le serveur assure le service des repas à une clientèle de restaurant, à la table ou à la place (parfois au buffet). Peut travailler en restauration privée ou collective. L’activité consiste à : Dresser la table (chaises, nappes, assiettes, couverts, verres, serviettes, accessoires, décoration) Accueillir le client et l’installer Conseiller et prendre les commandes Transmettre les commandes à la cuisine Présenter les plats au client et faire le service Veiller à ce que le client ne manque de rien Desservir les plats Préparer l’addition Encaisser la note Raccompagner le client Nettoyer la table Nettoyer le restaurant en fin de service Préparer les tables pour le service suivant Activités pouvant être associées : Encadrement d’une équipe pour le maître d’hôtel Sommellerie Service en buffet Réception et rangement des boissons et autres articles Préparation des (...)

Voir plus

Technicien de laboratoire d’analyses médicales

Données macro Le technicien de laboratoire prend en charge les examens biologiques prescrits par le médecin. Il en assure l’exécution et la validation technique, sous la responsabilité du biologiste chef du laboratoire d’analyses médicales. Il travaille dans un laboratoire d’analyses médicales, un établissement d’hospitalisation et de soins, un centre de transfusion sanguine, ou un service de l’administration (armée, services vétérinaires) ou d’une collectivité territoriale. (laboratoire d’hygiène…) L’activité du technicien de laboratoire comporte plusieurs étapes : Réaliser les analyses urgentes à la demande Recueillir, identifier et classer les prélèvements Repérer les prélèvements à envoyer dans un laboratoire spécialisé et réaliser la fiche de suivi Conserver certains prélèvements selon les protocoles établis pour des analyses ultérieures Effectuer tout ou partie des analyses prescrites selon les modes opératoires prédéfinis Gèrer son poste de travail (approvisionnement en réactifs et consommables,contrôle (...)

Voir plus

Techniciens du spectacle

Voir plus

Téléopérateur

Données macro Par « téléopérateur » ou « téléconseiller », on désigne le personnel en première ligne qui réceptionne ou émet les appels dans des centres de relation client (ou centre d’appels). Au niveau national, en 2006, on comptait 3.500 centres relations client, employant pour la plupart moins de vingt salariés, et représentant près de 250.000 emplois au total. La majorité des centres se situent dans les secteurs suivants : banque, assurance, vente à distance, informatique et télécommunications. On distingue deux types de centres de relations clients : les centres intégrés, implantés au sein de l’entreprise (« insourcing ») les centres externalisés (« outsourcing ») On distingue deux types de fonctionnement : fonctionnement en « appels entrants » : réception d’appels pour l’assistance technique, l’accueil ou l’information fonctionnement en « appels sortants » : émissions d’appels en vue de la prospection ou télémarketing Les téléopérateurs ont un âge moyen de 25-30 ans, sont majoritairement des femmes (...)

Voir plus

Traitement de surface

Données macro Le traitement de surface est une opération mécanique, chimique, électrochimique ou physique qui a pour but de modifier l’aspect ou la fonction des surfaces des matériaux afin de l’adapter à certaines conditions d’utilisation (aspect décoratif, fonction anti-usure ou anticorrosion). Le secteur des traitements et revêtements des métaux (référence 28.5 NAF 2003 ou 25.61Z NAF 2008) comprend près de 1000 établissements et emploie plus de 27 000 salariés. Les 2/3 des entreprises ont moins de 20 salariés, et le 1/3 des emplois est occupé par des femmes. Les risques du métierStatistiques accidents du travail En 2006, 54% des accidents du travail sont dus à la manutention ou le transport de charges, 26 % aux chutes (de plain-pied ou avec dénivellation). Les mains et le tronc sont les sièges des lésions les plus courantes : près de 50 %. Statistiques maladies professionnelles Ce sont plus de 25 tableaux de maladies professionnelles qui sont susceptibles d’être concernés par cette activité Les (...)

Voir plus

Transformation des matières plastiques : Injection plastique

Données macro 260.000 salariés, dont environ 170.000 employés dans la transformation. Cette industrie utilise différents matériaux : Polyéthylène ou PE Polypropylène ou PP Polychlorure de vinyle ou PVC, Polyéthylène terephthalate ou PET Résines ABS Polyoxyméthylène ou POM… Cette industrie intègre de nombreux procédés de mise en forme, tels que : L’injection L’extrusion L’extrusion soufflage Le thermoformage Le calandrage, L’enduction Le roto moulage…Les risques du métierRisques liés aux lieux de travail Le Bruit L’Atmosphère chargée en polluants, issus de matières premières (si poudres) ou de fumées émises lors de l’injection dans les moules.Principaux risques liés aux tâches Blessure et lombalgie : lors des changements de moules Chute, lors du chargement des trémies d’alimentation Exposition à des fumées : lors du nettoyage des moules avec brûleurs Exposition à des huiles : lors du rinçage du circuit hydraulique Exposition à des produits de dégraissage (composés halogénés : dichlorométhane, (...)

Voir plus

Travaux en laboratoire de chimie

Données macro Plusieurs types de populations travaillent dans un laboratoire de chimie. Le milieu universitaire est représenté par des étudiants (BTS, IUT, cycle académique…) tandis que le personnel enseignant est également varié (techniciens, chargés de recherche, directeurs de recherche…). Les laboratoires privés sont représentés par les laboratoires de recherche, les unités de productions. Les laboratoires de chimie sont également fréquentés par le personnel d’entretien et de maintenance. Le recensement des effectifs reste difficile à effectuer surtout en milieu académique où le turn-over est important (doctorants, post-doctorants). Les risques du métierLes risques inhérents aux lieux de travail On retrouve tous les risques liés à l’activité propre du laboratoire que sontles risques chimiques, électriques et physiques, mais les principaux risques sont liés au manque de formation et d’habilitation des personnels d’entretien et de maintenance. Les risques inhérents aux tâches Le risque chimique est (...)

Voir plus

Viticulteur

Données macro Le viticulteur travaille mécaniquement le sol pour la préparation et l’entretien des plantations. Son travail consiste à : Arracher les anciennes vignes et en replanter Réparer et installer les piquets et les fils de fer (carassonage) Tuteurer les ceps (calage), tailler les sarments et les souches Ligaturer les sarments sur la charpente (pliage) Relever la végétation (palissage) Couper des feuilles et des rameaux sur les vignes (rognage) ou sur le tronc (épamprage) Réguler la croissance des plants en apportant les éléments nécessaires (eau, engrais, traitements phytosanitaires…) Récolter (vendange ou cueillette) Calibrer, trier, conditionner la récolte Réparer et entretenir le matériel et les installations, Transmettre ou enregistrer les données techniques se rapportant au suivi des cultures et des équipements et conduire les véhiculesNORMES (AFNOR) NF ISO 5008. Novembre 2002. Tracteurs et matériels agricoles à roues - Mesurage des vibrations globales du corps du conducteur NF (...)

Voir plus