Lancement de la semaine nationale de l’artisanat

Publié le par contrat d'apprentissage

Lancement de la semaine nationale de l’artisanat

Discours de François REBSAMEN

• Cette semaine nationale est l’occasion de rappeler le poids de l’artisanat dans l’économie nationale. Mais c’est aussi l’occasion de rappeler l’engagement des artisans dans la formation de notre jeunesse. Je veux les en remercier.

***

• Chaque année, 200 000 jeunes sont formés par des entreprises artisanales. Sur les 420 000 apprentis que compte notre pays, c’est beaucoup. Et à l’heure où le gouvernement est mobilisé pour élargir l’apprentissage à l’agriculture, aux services, à l’administration, il ne faut pas oublier que l’artisanat demeure le premier recruteur. Les jeunes que vous accueillez ont des parcours différents : certains ont quitté tôt le cursus scolaire pour apprendre un métier par la pratique ; d’autres ont d’abord mené des études avant de rejoindre une entreprise. Mais tous trouvent dans l’entreprise artisanale un cadre particulièrement accueillant et valorisant.

• C’est sans doute parce qu’elle est une entreprise à taille humaine, qu’elle favorise les échanges et la transmissions des savoir-faire qui font l’excellence des métiers.

• Une entreprise qui défend les valeurs humaines grâce à ceux qui s’engagent pour la formation de la jeunesse.

• Qu’ils soient bouchers, menuisiers, photographes, coiffeurs, les maîtres d’apprentissage ont, chacun dans leur profession, une appétence particulière pour la transmission de leurs compétences. Ce geste qui fait le talent d’une femme ou d’un homme est une richesse Et le transmettre est une tradition à laquelle je vous sais attachés.

Le rôle du Maître d’apprentissage est essentiel pour la réussite du parcours de l’apprenti. On ne le souligne pas suffisamment. Il faut d’abord valoriser les compétences acquises au titre de cette fonction, en créant une certification « Maître d’apprentissage ». Je souhaite également encourager les partenaires sociaux, en particulier au niveau des branches, à valoriser cette fonction en allant, pourquoi pas, vers un statut de Maître d’apprentissage. Je souhaite enfin qu’une distinction soit créée pour récompenser les mérites des meilleurs d’entre eux.

• Pour les jeunes, l’apprentissage représente une voie sûre vers l’emploi. Mais c’est aussi pour les artisans un moyen d’assurer la transmission de leur entreprise et de trouver dans la jeunesse toutes les compétences et toute l’énergie dont ils sont besoin

***

• Pour atteindre l’objectif de 500 000 apprentis fixé par le président de la République, il apparaît nécessaire de lever tous les freins à l’apprentissage : de rendre faciles les démarches des jeunes et plus simple le recrutement par les entreprises.

• C’est l’objectif du plan de relance de l’apprentissage qui a été mis sur pied par le gouvernement, suite à la réunion de tous les acteurs autour du président de la République le 19 septembre dernier.

• Ce plan est en cours de déploiement, et je veux vous présenter les mesures les plus significatives qui ont d’ores et déjà été prises :
- Une aide au recrutement d’un apprenti supplémentaire d’un montant de 1000 euros sera accordée aux entreprises qui s’engagent. Elle sera versée par les Régions pour tout contrat conclu depuis le 1er juillet 2014.
- En ce qui concerne la réglementation, l’employeur n’aura bientôt plus à demander à l’inspection du travail l’autorisation d’employer un apprenti pour effectuer des travaux dits dangereux. Une déclaration sera suffisante. Le problème des travaux en hauteur a lui aussi été réglé. Bien entendu, le jeune devra bénéficier d’une formation et disposer des moyens de protection adaptés. Ce nouveau régime déclaratif est la garantie que les jeunes s’approprient les bons gestes, utiles à l’exercice de leur futur métier.

• D’autres chantiers permettront de relancer l’apprentissage : la valorisation du statut de maître d’apprentissage, je l’ai dit, mais aussi la création d’une offre de service pour accompagner les employeurs dans leurs démarches de recrutement, et une autre pour suivre les jeunes de leur recrutement à leur accès à l’emploi, la création, enfin, d’un statut d’apprenti. C’est dans la perspective de la création de ce statut que je souhaite que la future prime d’activité soit ouverte aux apprentis. L’objectif de cette prime est de valoriser l’accès à l’emploi, l’accès à un métier, et de soutenir les petites rémunérations. Il m’apparaît donc normal qu’ils puissent en bénéficier.

• Mon ministère travaille actuellement sur toutes ces mesures et je ne doute qu’elles porteront leurs fruits pour la rentrée 2015 soit une réussite.

Pour cela, il faut aussi que les entreprises s’engagent comme l’a fait le gouvernement, et qu’elles recrutent. Mon mot d’ordre : recrutez, formez !

***

• Je voudrais pour finir vous féliciter pour tout le travail d’information des jeunes et de leurs familles qui sera fait tout au long de la semaine de l’artisanat. L’ouverture des ateliers au public ou les démonstrations qui seront organisées partout en France sont le meilleur moyen de faire naître des vocations et de faire connaître les 510 activités différentes qui compte votre secteur.

• Je ne doute pas que chaque jeune de notre pays qui y participera puisse trouver sa « bonne raison de choisir l’artisanat. »

Commenter cet article