Intégrer un nouveau dans l’entreprise

Publié le par contrat apprentissage

Par manque de confiance en soi ou pour faire bonne impression, un nouveau n’osera pas toujours poser les questions qu’il a en tête. Accueillir un nouveau venu, c’est instaurer un échange, l’inciter à faire part de ses interrogations et lui répondre.

 

Une hésitation ? Une crainte ? Une incompréhension de la part d’un nouvel embauché ? Les conditions doivent être réunies pour qu’il puisse les formuler. Charger une personne d’accueillir et d’accompagner le nouveau durant sa période d’intégration, c’est mettre en place les conditions du dialogue. Cet accompagnement peut prendre la forme d’un parrainage ou d’un tutorat entre un salarié expérimenté et un jeune. Il peut être plus ou moins formalisé. L’important est de s’assurer de la disponibilité de la personne chargée de l’accueil.

 

Quelques principes

Durant la période d’intégration, il convient de délivrer le niveau d’information nécessaire à la pratique du nouveau. Informer petit à petit, au fil des jours, aide à la mémorisation, de même que l’utilisation d’images ou le recours à des démonstrations et exercices pratiques. Les informations liées à l’activité sont à donner en priorité au poste de travail afin de montrer comment elles s’appliquent concrètement, quels sont les ressources existantes et les dysfonctionnements possibles.

Avant l’arrivée

L’accueil du nouvel embauché commence en fait dès l’entretien d’embauche. C’est le moment de l’informer du contenu précis de sa tâche et de ses conditions de travail. Les éventuelles situations à risque auxquelles il pourra être exposé doivent lui être présentées.

Dans les jours précédant son arrivée, il convient également :

  • d’avertir la personne ressource chargée de son accueil (ou un « parrain ») afin qu’elle prévoie de se rendre disponible,
  • de préparer le poste de travail qu’il occupera, ainsi que les outils et les éventuels équipements de protection individuels,
  • de s’assurer que les fiches de poste et procédures sont à jour, qu’elles sont rédigées de façon synthétique et aisément compréhensible,
  • de lui faire parvenir des informations sur l’accès à l’entreprise (adresse, transports en commun, plan de circulation) et sur la personne qui va l’accueillir,
  • d’informer l’équipe de l’arrivée du nouveau et de sa fonction,
  • de prévoir la visite médicale d’embauche.

Premiers jours

Parmi les mesures à mettre en place durant les premiers jours de travail :

  • La mise au poste : il s’agit de faire comprendre au nouvel arrivé ses tâches, les façons de procéder ainsi que les limites de ce qu’il peut faire. Une démonstration suivie d’une pratique accompagnée et d’échanges est souvent plus efficace qu’une explication.
  • La présentation des procédures, consignes et équipements de protection en abordant leurs implications concrètes et les personnes à contacter.
  • La visite des locaux afin de situer les différents services, de découvrir le plan de circulation, de rencontrer les équipes de travail. Le nouvel arrivé dispose ainsi d’une vue d’ensemble de son environnement et peut replacer sa tâche dans le contexte général de l’entreprise.
  • La remise de quelques documents importants (fiche de postes, procédures, plan de circulation, organigramme, consignes de sécurité). Un livret d’accueil peut être remis comme base de dialogue. Mais faire signer ce document sans s’assurer qu’il a été lu et compris ne présente pas d’intérêt.

 

Période d’intégration

L’intégration, cela peut prendre du temps : s’approprier le poste de travail, comprendre le fonctionnement de l’entreprise, rencontrer les collègues, clients et fournisseurs… Tout au long de cette période, il est important de prévoir que la personne ressource puisse rester disponible pour le suivi du nouveau.

Parce que les accidents peuvent survenir dès les premiers jours de travail, le nouvel embauché devra enfin être rapidement formé aux procédures d’urgence (évacuation, sauvetage-secourisme…) et aux risques particuliers liés au poste qu’il occupe (utilisation de produits chimiques dangereux, travail en hauteur, travail sur des installations électriques…).

Ce que prévoit la réglementation

 

Obligation de formation à la sécurité (article L. 4141-2 du Code du travail)

« L’employeur organise une formation pratique et appropriée à la sécurité au bénéfice :

  • des travailleurs qu’il embauche,
  • des travailleurs qui changent de poste de travail ou de technique,
  • des travailleurs temporaires. »

 

Formation renforcée à la sécurité pour les CDD, intérimaires et stagiaires (article L. 4154-2 du Code du travail)

« Les salariés titulaires d’un contrat de travail à durée déterminée et les salariés temporaires affectés à des postes de travail présentant des risques particuliers pour leur santé ou leur sécurité bénéficient d’une formation renforcée à la sécurité ainsi que d’un accueil et une information adaptés dans l’entreprise dans laquelle ils sont employés. »

 

 

Source INRS

Commenter cet article